Eddie Ladoire – Installation sonore – Chinon

« Intimité #8 – Forteresse Royale de Chinon »

 


 

Installation sonore immersive
TOUR DU MOULIN & BANCS EXTERIEURS
2018 – Durée 20 mn

Dans le cadre de l’exposition « ARCHITECTURES SONORES » :
CLAUDE ALMA, HENRI DUTILLEUX, EDDIE LADOIRE, BENJAMIN L. AMAN et CECILE LE TALEC.

Du 19 mai au 11 novembre 2018, à la Forteresse de Chinon, au Musée du Grand Carroi et à la galerie de l’Hôtel de Ville de Chinon.

Dans le cadre du parcours d’art contemporain  ACT(e)S
dont le commissariat artistique a été confié à Anne-Laure Chamboissier.

Cette exposition est intégrée à la semaine de l’architecture du Du 15 au 21 octobre 2018, organisée par le CAUE 37

 


 

À écouter

 

 

L’exposition « Architectures Sonores »  invite le visiteur à une promenade sous un autre angle du site de la Forteresse de Chinon à travers des œuvres sonores immersives de Claude Alma, Henri Dutilleux, Eddie Ladoire, Benjamin L. Aman et Cécile le Talec.

D’où proviennent les sons ? S’agit-il de sons diffusés ? De sons naturels ? Ces œuvres en écho se déploient, interagissent et se fondent dans les différents espaces : tours, Logis Royaux, comme une large partition sonore aux fragments multiples. Ces bribes de réalités, intrinsèques à chacune de leurs pièces et aptes à créer des images mentales, deviennent des formes de récits à construire par l’écoutant lui-même. Des récits qui oscillent entre la forme documentaire et/ou la pièce musicale. La frontière entre le réel et l’imaginaire est alors ténue, l’un constitue la matière de l’autre. L’architecture, l’acoustique, la proportion des espaces, le contexte historique sont autant d’éléments qui entrent en résonance avec les œuvres choisies pour cette exposition.  Par cette déambulation dans le lieu, le spectateur est alors confronté à ses propres habitudes perspectives pour ouvrir le champ à de nouveaux espaces cognitifs et sensoriels.

Les lieux d’architecture sont souvent considérés comme les réceptacles muets des sons. Or, le choix des matériaux ou des volumes, agit comme transformateur, créant des effets de circulation du son (écho, rotation, etc), tantôt amplificateur, amortisseur, ou filtre. Un lieu, associé à un usage donné, génère un type d’environnement sonore particulier, des nuisances plus ou moins supportables (résonnances, ventilations, isolation par rapport à l’extérieur).

 

 

Depuis plusieurs années, Eddie Ladoire utilise ces propriétés et ces différentes matières sonores dans ses travaux et, notamment pour concevoir la série Intimité, débutée à Rennes (l’Epi Condorcet, Métropole ElectoniK), puis développée à Bordeaux (Stressfull Light au CAPC Musée d’Art Contemporain), à Pessac (pour la maison témoin de la Cité Frugès de Le Corbusier), à Hong Kong (dans le cadre du French May 2015), à Buenos Aires (pour l’Hôtel des Immigrants, Centre d’Art Contemporain, en 2016) et à Mulhouse (au Centre d’Art La Kunsthalle, en 2016). A chaque fois, l’artiste travaille soit sur un lieu à l’architecture particulière (Le Capc ou le Comix House de Hong Kong) ou ayant un usage spécial (L’usine de fils DMC à Mulhouse ou l’Epi Condorcet regroupant différents services publics à Rennes), soit sur un quartier, une ville, comme ce fut le cas à Buenos Aires.

La pièce sonore Intimité #8, conçue pour et à partir du site de la Forteresse Royale de Chinon mêle le temps figé par l’enregistrement, le temps présent de l’auditeur et une composition électroacoustique faite de micro-fictions, de bribes d’intimités, de discussions, de sons du quotidien de la forteresse.

 

 

 

 

Begin typing your search above and press enter to search. Press ESC to cancel.

Haut de la page